MaMA Festival et Convention 2019

MaMA Festival Jour 3 : l’apothéose.

Vendredi 18 octobre 2019, Quartier Pigalle,

Voilà, on y est… On est encore subjugués par la soirée de la vielle, la fatigue commence à se sentir, mais basquettes aux pieds, programme en main, on ne lâche rien : on sait qu’on va en prendre pleins les ouïes. C’est parti pour ce troisième et dernier jour du MaMArathon !

Quoi de mieux pour commencer la soirée qu’une bonne dose de rock’n’roll ? Et bien avec Bandit Bandit, nous avons été largement servi. Avec un son lourd, noir, la frontière entre du rock garage des bas-fonds londoniens et du post-punk psyché de San Francisco, Bandit Bandit, c’est Bonnie & Clyde qui se défendent à coups de guitare, un voyage pressé et intense qui laisse à peine le temps de respirer, et pourtant, on adore et on en redemande !

Puis on enchaîne sur la Soirée RCA x MaMA Festival au Cuba Café, pour découvrir sur scène Mélodie Lauret, Alice et Moi et Süeür. Et c’est Mélodie Lauret qui nous a d’abord touché droit au cœur. Son timbre envoûtant, entre chant et phrasé, nous a emmené en ballade dans son quotidien, ses états d’âme et ses questionnements.  Ses textes sont magnifiques, les mélodies sans artifices nous bercent, son interprétation est bouleversante. Mélodie Lauret nous a charmé par sa simplicité, sa pureté et son talent.

On a ensuite dansé sur la pop sensuelle et malicieuse d’ Alice et Moi. La chanteuse nous entraîne dans son univers cosmique, casquette vissée sur la tête, pour nous raconter ses déboires sentimentaux, ses soirées, sa vie et celle de tout le monde finalement.

Puis arrive Süeür dans un tout autre registre, qui nous a radicalement ébranlé. Un mélange de punk, rock énervé, de rap, de RATM, de Death Grip, de Noir Désir… Le groupe nous a envoyé une violente dose de frissons, une puissante montée d’adrénaline, avec des textes frappants, lourds de sens. Le chanteur nous transperce du regard, nous jauge, descend par moment dans le public comme pour nous dire les choses directement dans les yeux. C’était juste WOW, cette intensité, cette énergie, on en veut encore…

Coté rap, on a vu Hyacinthe, le membre de collectif DFH DGB (Des Faux Hipsters et Des Grosses Bites) nous a charmé par sa volonté. Le rappeur sous ses allures de mauvais garçon, se livre sur scène et nous fait dans danser avec ses instrus électro.

Hyacinthe

Les deux rappeurs de SEIN ont pris d’assaut La Chaufferie de La Machine du Moulin Rouge et on les adore. Entre rap et pop, il nous on fait danser et chanter, ils communiquent une énergie positive sur scène, et nous ont embarqué avec leur textes incisifs et bien ficelés.

Étape obligée au Bus Palladium pour aller voir le très talentueux Barry Moore. L’Irlandais, dont le tube « Hey Now » s’approche du million de vues sur YouTube, ne déçoit pas et offre une prestation puissante, intense, à l’aise au chant comme au flow avec une reprise magistrale de « Without Me » d’Eminem qui a complètement retourné le public.

Et il y en a toujours plus dans le Bus ! Final d’anthologie au Palladium avec Lyre le Temps dont le swing électrique nous a instantanément fait décoller, les vapeurs de sueurs ont rempli une salle en ébullition. Un trio de technicité musical et vocal, ils sont complètement hallucinant, s’éclatent sur scène et c’est communicatif. Un vrai Show ! On jette nos dernières forces dans la bataille pour suivre le rythme de cet épilogue parfait pour une superbe édition 2019 du MaMA. On reviendra !

Mel et Thomas, lessivés , exaltés et ravis.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s