Album·concert

Soirée HipHop: Grieves, Too Many t’s et Youthstar

Le Nouveau Casino, Le 8 Novembre 2019

Novembre est arrivé et avec lui les températures basses, la déprime des courtes journées, les cures de magnésium et les soupes réconfortantes. J’ai des envies de rester blottie dans mon canapé sous mon plaid avec ma grosse écharpe. Hiberner jusqu’à ce que le thermomètre m’indique des chiffres à peu près décents (ici décent signifie permettant de sortir sans doudoune). Mais je reçois un mail, une proposition de concert avec une affiche plutôt intéressante, je n’ai vu aucun des trois artistes en live. De quoi réchauffer les cœurs et brûler les calories amassées dans le canap. Et je dis go !

Direction le Nouveau Casino pour une soirée à base de bon beats, samples et hip-hop de bon gout. Grieves entre en scène face à une salle pas encore comble mais, la réchauffe immédiatement, belles productions, flow soutenu, le rappeur offre un rap parfois sombre, parfois plus léger avec des instrus posées et des refrains chantés, qui rappelle cette période de rap US très 90-2000’s. Il se livre sur scène, se confesse sur des erreurs passées et cueille son public avec sincérité. Nous, on répond à base de pas de danse et diverses onomatopées « hooooo, yeeeeah, wow, louuuuurd… ». Grieves d’entrée de jeu a placé la barre haute de cette soirée qui s’annonçait déjà épique.

Puis arrive sur scène Too Many T’s , Ross et Leon s’apprêtent à nous en mettre pleins la vue. Ils viennent de sortir un nouvel album « La Fam iLL » qui dès la première écoute m’a mis une grosse claque (j’en reparle un peu plus bas). Le duo Londonien s’empare de la scène et fait monter la pression pendant 45min avec d’anciens titres, des nouveaux qui sont monstrueux, des chorégraphies (oui oui les Backstreet Boys n’ont qu’à bien se tenir) un flow soutenu et même essoufflant par moment.

Sorry … c’était tentant…

On retrouve les influences très 80’s et B-Boys qui nous donnent envie par moment de s’essayer à quelques pas de breakdance (très vite avorté par ma bonne conscience de ne pas m’afficher ou me casser un genou). On retient surtout en plus de l’énergie sur scène, l’énorme sourire qu’ils affichent tout du long et comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises dans mes articles, quand je vois des artistes qui s’éclatent sur scène, qui transmettent leur enthousiasme, qui nous font sentir à quel point c’est un réel plaisir de partager leurs sons, littéralement je tombe sous le charme. Too Many T’s au-delà des prods léchées, des textes forts et de la qualité du rap, c’est surtout une bouffée d’air frais, de chaleur et de bonne humeur ! Merci les gars pour ce moment.

Dernier changement de plateau, on revient de deux concerts très lourds et on se dit pourvu que l’ambiance du prochain soit aussi folle (ce qu’il nous semble difficile à imaginer aux premiers abords). Puis Youthstar, l’ex-membre de Dirtyphonics, prend place et démarre gentiment, on retrouve une touche de dub et des samples qui nous rappellent qu’on est bien sur du Chinese Man Record. Puis la pression monte, les basses se font plus prenantes, plus intenses, le rythme s’accélère et on sent qu’on va retomber dans les premiers amours du MC, la Drum and Bass. Ça ne loupe pas, on finit le show totalement épuisés, en sueur, exaltés, par le débit des textes de Youthstar, et les vibrations des basses qui nous ont traversées le corps ! C’était fort, intense, le public était en feu.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas passé un concert au premier rang en oubliant de regarder de critiquer, de noter… juste un concert à kiffer l’ambiance, à danser et chanter, à vibrer. Je crois que cette soirée a été une des meilleures depuis longtemps, alors merci Grieves, Too Many T’s et Youthstar pour ça, de partager avec les tripes du vrai bon Hip Hop comme on aime. Et big up à Banzai Lab pour m’envoyer toujours des bons plans et me sortir de ce foutu canapé !

Focus :

pochette de l'album La Fami iLL

La Fam iLLsortie le 08 novembre 2019

J’en parlais plus haut, quand j’ai reçu cet Album, j’ai dû réprimer mon envie de le faire écouter au monde entier (lien privé oblige), et c’était dur croyez-moi. L’album est né de diverses rencontres au grès des concerts avec des artistes de la scène hip-hop française. Des amitiés, des découvertes, des partages, c’est ce que raconte cet album à travers des titres et collaborations époustouflantes. La Fam ILL rassemble autour d’un même projet Chinese Man, ProleteR, Chill Bump, Atili, Hippocampe Fou La Fine Equipe et j’en passe. Ils y échangent sur des questions plus ou moins légères leurs combats, leurs amitiés, rappent même écologie, le hip-hop a toujours été porteur de convictions de toute façon. Too Many’Ts avec cet album abat les frontières, lève au haut le majeur face au Brexit et nous offre un album qui, pour moi, offre 12 énormes titres : différents, complémentaires, mais des tubes à chaque fois !

A écouter ici :  https://song.link/lafamill

Du love XXX

Mel

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s