concert·Exposition

Les Éclatantes : un exemple de média(son) culturelle.

Cité des Sciences et de l’Industrie, le 6 décembre 2019,

École ou musée, qui n’a jamais été piqué de curiosité à l’idée de pouvoir y déambuler la nuit, sans encombre, ni règles (ou presque), avec une pointe d’espièglerie ? Encore mieux, pourquoi ne pas y ajouter un groupe de potes, quelques bières ? Et même de la musique tant qu’on y est ? J’ai eu l’occasion de réaliser ce fantasme une première fois à 18 ans dans mon ancien lycée, puis une seconde fois ce weekend à la Cité des Sciences et de L’Industrie de la Villette à Paris.

Pour une première édition d’un rendez-vous qui se veut bi-annuel, les Éclatantes a fait galerie comble ce vendredi 6 décembre pour une soirée hors du commun : la Cité des Sciences a ouvert ses portes et une bonne partie de ses espaces et installations à un petit millier de fêtards pour une soirée d’anthologie.

Sur trois étages ouverts, on peut ainsi découvrir l’espace sport avec mini mur d’escalade et un simulateur de biathlon (entre autres). Toute une salle est réservée aux jeux vidéo d’hier et d’aujourd’hui. On trouve aussi des espaces pour en apprendre plus sur les sciences, ou encore un micro géant avec compteur de décibels, des jeux vidéo rétro projetés sur des murs géants et leurs manettes tout aussi massives, une course de vélo d’appartement et surtout le plus long babyfoot du monde (enfin, j’imagine) pour des parties épiques et bordéliques… Et j’en passe…

Et balle au centre !

Autant d’activités qui nous en feraient presque oublier la super programmation live qui, ou que l’on soit, rythme nos pérégrinations. On commence avec la néo french-touch de Boston Bun avant de sauter partout sur l’electro-funk et disco du duo Montreuillois Madame Crocodile. La soirée se clôture en beauté sur un dj-set ininterrompu de 3h de Yuksek puis Etienne de Crecy que l’on ne présente plus.

Même la légère queue à la fin pour récupérer nos affaires au vestiaire (gratuit) ne saurait entamer notre enthousiasme et notre bonne humeur.

Ça redonne vraiment envie de retourner au musée, même la journée.

Allez, maintenant, on part en after.

À la prochaine sans faute les Éclatantes !!!

Thomas Sabouret

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s